Ici, des informations complémentaires pour en savoir plus, bien plus, sur les lampes de poche en général. A quoi peut bien servir une lampe torche ? Quels sont les critères à considérer pour bien choisir une lampe de poche selon ? Qu’est-ce que le niveau de puissance ? La régulation ? La portée et la largeur du faisceau ? Que faut-il savoir au sujet des batteries ? Etc. Bonne découverte !

 
 
william-carlson-196630-unsplash - Square.jpeg

Pourquoi une lampe de poche ?

Voici une question que peuvent légitimement se poser tous ceux qui n'ont pas encore eu l'occasion de tester une lampe-torche performante ! Une bonne lampe peut s'avérer utile voire indispensable pour :

- Bricoler
- Explorer, inspecter, chercher
- Camper, chasser, pêcher
- Aller à la cave, dans le grenier, dans le jardin
- Faire du jogging le soir
- Faire des randonnées nocturnes
- Observer les animaux la nuit
- Faire face à une panne d'électricité
- Dissuader un intrus, aveugler un agresseur
- Se déplacer de nuit sans déranger, comme aller aux toilettes
- Faire face à une panne de voiture la nuit (ne serait-ce qu'un pneu crevé)
- Signaler ou porter secours lors d'un accident la nuit
- Être visible lors d’une marche de nuit sur route
- Disposer d'un éclairage puisant et sécurisant à vélo
- Sortir rapidement d'un lieu public subitement plongé dans le noir
- Faciliter la lecture dans le noir
- Offrir un cadeau utile !
- Etc.

Cette liste est bien entendu loin d'être exhaustive tant les situations où une lampe de poche est nécessaire sont nombreuses. Intéressant : les lampes qui fonctionnent sur batteries Li-Ion ont le gros avantage d'être toujours disponibles en cas de besoin, même après avoir été oubliées deux ans au fond d'une boîte à gants !


Puissance

La puissance d'une lampe se chiffre en Lumens, c’est la mesure du flux lumineux. Cette mesure se fait à l'aide d'une sphère intégratrice (ou sphère intégrante). Mais comme ce matériel est cher et plutôt encombrant de nombreuses entreprises trouvent plus avantageux d'annoncer des chiffres fantaisistes. Un grand nombre de paramètres influent sur la quantité de lumière réellement émise par une Led. Premièrement, le bin de la Led qui détermine son rendement. Deuxièmement, la teinte (en général, plus elle est froide, plus la puissance est grande). Troisièmement, la température de la Led qui a un rendement inversement proportionnel à sa température. A tout ceci s'ajoutent les pertes engendrées par le réflecteur et la lentille qui sont de l'ordre de 15%, sans parler du courant réellement débité par le circuit de régulation. Les chiffres annoncés en Lumens doivent être considérés avec prudence. La meilleure solution est de vérifier que la lampe désirée annonce des chiffres validés par des tests de type ANSI. En effet, comme ces tests sont faits en respectants des normes drastiques, les résultats sont comparables d’un modèle ou d’une marque à l’autre.

IMG_0326 - Square.jpeg

clarisse-meyer-297888-unsplash Square.jpeg

Régulation

À mesure que les batteries se déchargent le flux lumineux décroit. Le circuit de régulation pallie à ce problème en maintenant un flux lumineux constant malgré la décharge de la batterie. Le rôle du circuit de régulation est non seulement de réguler la puissance fournie à la Led mais également d’offrir plusieurs niveaux de puissance et souvent, des modes clignotants (stroboscope, SOS, etc.). Afin d’éviter que la lampe de la lampe ne s’éteigne brutalement lorsque les batteries sont vides (ce qui pourrait poser problèmes dans certaines circonstances !), les ingénieurs ont donc conçu des régulateurs qui, en plus de maintenir une puissance constante, avertissent par un clignotement ou par le passage à un niveau de puissance inférieur ou par une baisse graduelle de la puissance ou encore par le passage au rouge de l’indicateur du niveau de charge des batteries.


Portée

La portée du faisceau d'une lampe et sa puissance sont deux choses différentes. En effet, même si la puissance influe sur la portée, la concentration du faisceau joue elle aussi, énormément. La portée dépend de la luminosité mesurée au centre du faisceau (en un point précis). Cette luminosité s'exprime en candelas (CD) ou en Lux. Plus la valeur est élevée, plus l’intensité du faisceau est élevée et plus sa portée est longue. La valeur mesurée est dépendante de la distance, (inversement proportionnelle au carré de la distance). Les portées fournies par Acebeam sont le fruit de tests réalisés selon la norme ANSI. Ce qui les rend comparables à toutes les portées fournies par les lampes Acebeam et les lampes concurrentes répondant aussi à la norme ANSI. La portée d’un lampe est aussi fonction d’autres paramètres comme les conditions atmosphériques ou la réflectivité de l'objet visé (une forêt sombre, un terrain de couleur claire, un panneau de signalisation n’ont pas la même réflectivité)

IMG_0329 - Square.jpeg

clark-tibbs-1099648-Square.jpg

Largeur de faisceau

La largeur d'un faisceau se décompose en deux parties principales, d’une part la partie centrale (Spot), très lumineuse mais étroite et d’autre part la partie périphérique (Spill), beaucoup moins intense que la partie centrale mais bien plus large. La partie centrale (étroite) donne une luminosité concentrée, c’est elle qui assure la “portée” de la lampe. Elle rend le faisceau désagréable de près car, concentré, il est à la fois éblouissant et n'éclaire qu'une surface restreinte. Une partie centrale étroite est préférable pour éclairer loin, une partie centrale large est préférable pour éclairer à courte distance sur une surface large (utilisation plus polyvalente). Un “spill” large est très confortable grâce au champ de vision qu'il offre, en randonnée nocturne par exemple. En contre partie, un faisceau large voit son intensité "diluée" et perd donc en portée en comparaison avec un faisceau étroit. Enfin, la transition entre les deux parties du faisceau peut être plus ou moins progressive.


Teinte du faisceau

Les ampoules incandescentes ont une teinte particulièrement chaude, tirant vers l’orange. La teinte des Leds est généralement beaucoup plus froide. Heureusement, aujourd’hui les fabricants de Les arrivent à les décliner en toute une gamme de teintes, de la plus froide à la plus chaude. La plus répandue sur les lampes-torches est un blanc assez froid (de l’ordre de 6500 Kelvin). Les teintes plus chaudes peuvent être plus agréables, moins blafardes, elles peuvent cependant faire perdre en puissance perçue. En plus de la teinte il faut considérer l'Indice de Rendu des Couleurs (IRC). Cet indice, compris entre 0 et 100, reflète la richesse du spectre lumineux, c'est à dire la capacité à restituer fidèlement toutes les couleurs. Les couleurs seront d'autant mieux restituées que l’IRC est élevé. L'IRC d'une Led est compris entre 70 et 80 lorsqu'il n'est pas précisé. Il peut cependant atteindre des valeurs plus élevées, jusqu'à plus de 90, avec pour seule contrepartie une teinte aussi chaude que celle d'une ampoule halogène (ce qui n'est pas forcément un défaut) et une luminosité réduite par rapport à la même led en teinte plus froide.

andreas-dress-692026-unsplash - Square.jpeg

cathedral-grove-rainforest_2560x1440 - Square.jpeg

Possibilités d’alimentation

Chaque lampe accepte un ou plusieurs types, formats et nombre de piles ou de batteries rechargeables. Les lampes de poche à Led sont incroyablement plus puissantes que les lampes d'il y a ne serait-ce que quelques années. Une lampe puissante nécessite une source d'énergie capable de lui fournir la puissance requise or, les piles classiques ne peuvent débiter qu'une puissance très limitée. Les batteries rechargeables sont donc aujourd’hui incontournables. On distingue deux types de batteries : les Ni-MH et les Li-Ion. En France et plus généralement en Europe, le Ni-MH est un peu plus répandu que le Li-Ion. Ce dernier a pourtant des avantages considérables. Premièrement, la quantité supérieure d'énergie emmagasinée. Deuxièmement, la capacité de débiter beaucoup plus de puissance. Troisièmement, l’absence d’auto-décharge (un phénomène qui fait que les accumulateurs Ni-MH se déchargent rapidement même s'ils ne sont pas utilisés, à l'exception des FAD - faible autodécharge). Enfin, l’absence d’effet mémoire (le Li-Ion peut être rechargé à tout moment, quel que soit le niveau de charge restant dans la batterie). Le Li-Ion est donc incontournable sur les lampes les plus puissantes. Il offre en plus la garantie d'une lampe toujours fonctionnelle, même stockée plusieurs mois sans utilisation. Quant au nombre et au format des accumulateurs, ils dépendent de chaque lampe, notamment de ses dimensions mais aussi et surtout de la puissance et de l'autonomie. Les lampes les plus petites se contentent d'une seule ou de deux batteries de type 10440 (format AAA), avec la contrepartie d'une puissance et d'une autonomie limitées. Les plus puissantes font appel à plusieurs 18650 ou 21700 ou encore 26650.


Esthétique, ergonomie, dimensions

Les dimensions, le poids et l'aspect des lampes-torches sont infiniment variés ! D'une manière générale, plus une lampe est puissante et compacte, plus elle aura tendance à chauffer. Elle ne pourra donc pas être utilisée en continu dans toutes les situations. Ces lampes disposent d’un régulateur qui veille sur la température et contrôle la puissance lumineuse en conséquence. Elles sont utilisables en continu sur les niveaux de puissance inférieurs, déjà très efficaces et confortables. Certaines lampes sont toutes en longueur, d'autres plus trapues. Une lampe au design sobre est généralement plus facile à glisser dans une poche ou un étui, elle aura moins tendance à abimer ces derniers. Au contraire, une lampe au design plus agressif risque moins de glisser des mains en cas d'utilisation “mouvementée”. Certains modèles ont une partie arrière plus large ou sont pourvues d'une bague pour faciliter et sécuriser l'accès au commutateur pour changer de mode avec une seule main par exemple. Les designs très travaillés, avec ailettes par exemple, n'ont pas qu'un but esthétique, ils favorisent la dissipation thermique afin d’améliorer les performances. Les designs avec un culot plat permettent de poser la lampe sur une table, réflecteur vers le plafond, pour éclairer toute une pièce. D’autres ont même un filetage UNC 1/4’’ pour être fixées sur un pied d’appareil photo. Enfin, la principale utilité des têtes à embout crénelé est de permettre de voir si la lampe est allumée ou éteinte lorsqu'elle est posée verticalement, tête vers le bas.

Lames+et+Lumens+Lampe+Acebeam+X80+CRI-1.jpg

Commutateur.jpeg

Interface

L'interface d'une lampe, c'est son commutateur (sa taille, sa forme, son emplacement, son accessibilité). C'est aussi la manière dont la lampe fonctionne (allumage et extinction, accès aux différents modes). Le commutateur est le plus souvent positionné à l'arrière ou sur le côté de la lampe. Certains modèles ont les deux. Il existe aussi des variantes comme la rotation d’une bague, de la tête ou encore de la partie arrière. Un commutateur à bouton poussoir est généralement plus pratique car il ne nécessite qu'une main, là où une rotation peut en nécessiter deux. Dans le cas d'un bouton, il peut s'agir d'un commutateur standard ou tactique qui diffère par son comportement (possibilité d’allumage momentané par simple pression, sans clic par exemple). L'interface intègre aussi l’accès aux modes ou aux niveaux de puissance et leur éventuelle programmation, aux modes clignotants (stroboscope, SOS), etc. L’interface peut aussi mémoriser le dernier mode sélectionné pour que la lampe se rallume sur ce mode précis.


Autonomie

L'autonomie est la durée de fonctionnement d'une lampe avec un seul jeu de batterie(s). Ce n'est pas un critère à prendre obligatoirement en considération. Premièrement, il y a toujours la possibilité d'emporter des batteries supplémentaires pour prolonger l'autonomie. Et surtout, se baser sur l'autonomie pour choisir une lampe n'a de sens que dans le cas d'une lampe qui ne propose qu’un seul niveau de puissance. Sur la majorité des lampes du marché, de multiples niveaux servent justement à choisir une puissance et une autonomie adaptées à chaque situation. Enfin, une lampe peut, à pleine puissance, être aussi puissante qu'une autre à puissance moyenne. Il faut donc comparer l'autonomie de plusieurs lampes à niveau de puissance égale.

rafael-barquero-677303-unsplash - Square.jpeg